Archive | Développement personnel RSS feed for this section

Dans 2013, il y a 13

1 Jan

Je vous souhaite tout d’abord, une excellente nouvelle année 2013. Qu’elle vous soit pétillante, étonnante, attrayante, marquante, épatante, facilitante, épanouissante.

Qu’elle vous soit pleine de « Wouaw, j’adôôôôre ! »

Bonne Année 2013 !

Bon, ça y est c’est officiel, les festivités de noël et du jour de l’an sont terminées.

Je vous avoue que j’étais en overdose de chansons de noël du matin jusqu’au soir, des sapins qui traînent sur les trottoirs et qui vous obligent à descendre sur la chaussée pour les contourner, des nouveaux jouets qui traînent partout dans la maison (jusque dans la machine à laver le linge !), l’invasion de peluches offertes à Mini Che par les voisins et les commerçants (c’est Emmaüs qui va être content).

Nous sommes officiellement en année 2013 et au premier jour, pourquoi ne pas se mettre à réfléchir à nos bonnes résolutions de l’année. Cela faisait longtemps que je n’avais plus pratiqué cet exercice.

Mes bonnes ou mauvaises résolutions pour 2013

Pour Mini Che Guevara :

  • passer plus de temps avec elle
  • moins m’énerver contre elle
  • dessiner plus souvent avec elle
  • lire plus souvent avec elle

Pour la maison :

  • la vider
  • la désencombrer
  • mieux la ranger

Pour le boulot :

  • travailler moins, tout du moins m’organiser autrement mais en gagnant autant si ce n’est plus
  • trouver d’autres sources de revenus pas bouffeuses de temps ni d’énergie (il paraît que ça existe)
  • faire ma compta tous les mois et non plus en fin d’année à la dernière minute

Pour les finances personnelles :

  • ouvrir un compte d’épargne pour Mini Che
  • mettre de l’argent de côté

Pour moi :

  • m’appliquer dans mon projet 2013 – P12 (projet photographique)
  • apprendre à dessiner et partager ces moments avec Mini Che
  • me former pour écrire mieux et plus vite, lire plus vite (pour le blog)

Pour nous :

  • étudier des solutions d’investissements immobiliers et pourquoi pas les mettre en place en 2013

Pour le blog :

  • écrire au minimum deux articles par semaine
  • organiser ma blogroll parce que pour le moment c’est un peu tout et n’importe quoi
  • écrire plus vite
  • lire plus vite les autres blogs pour pouvoir en lire plus

Bon, ben c’est déjà pas mal non ?

Maintenant, il va falloir s’y tenir. On fera un bilan à la fin de l’année.

Et vous, vous avez pris de bonnes résolutions pour 2013 ?

N’hésitez pas à aller faire un tour chez Papa-blogueur qui lui aussi parle de ses bonnes résolutions pour 2013.

crédits photo : http://www.sxc.hu/photo/1396243

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Travailler la confiance en soi

26 Déc

Hula Hooping

Cela faisait 4 longs jours que Mini Che Guevara était à la maison depuis la fermeture de la crèche pour cause de fêtes de fin d’année.

A part le moment où elle a découvert les jouets sous le sapin et qu’elle a ouvert ses cadeaux avec des yeux ébahis, en criant « maaaamaaaan, regardez ! maaaaamaaaan, regardez ! »(Oui, oui, je sais. En ce moment, ma fille me vouvoie, allez savoir pourquoi), elle a tourné dans la maison comme un lion dans sa cage.

A Paris, durant les périodes de congés scolaires, les crèches ferment et se regroupent en un seul et même lieu pour accueillir nos bambins.

Cela fait donc 4 à 5 établissements qui se regroupent avec des nouvelles têtes d’enfants, de nouvelles têtes d’adultes, sans compter un nouveau lieu à découvrir.

La découverte d’un nouveau lieu

Je disais donc qu’après 4 jours à tourner en rond, elle était ravie d’en reprendre le chemin ce matin.

Arrivée sur place, au lieu de s’accrocher à moi comme un coquillage à son rocher, elle est partie vaquer à ses occupations, fouiller dans les moindres recoins les nouveautés et tout ça en moins de 2 minutes. C’est à peine si elle m’a dit au revoir.

Elle est allée faire un câlin à son auxiliaire pour lui dire bonjour et en quelques secondes elle lui a raconté dans son verbiage bien à elle ce que le Papa Noël lui avait apporté.

Mini Che Guevara est à l’aise partout.

En repartant de la crèche, j’ai accepté de prendre un café que le personnel des lieux m’a gentiment offert.

J’ai donc rencontré des parents soulagés ou angoissés (mais surtout angoissés) de laisser leurs enfants dans un lieu nouveau pour eux et pour leurs progénitures.

Tout ça pour vous dire quoi.

Nous avons tendance à transposer, reporter nos angoisses sur nos enfants. Certains parents ont avoué que les lieux nouveaux, les têtes nouvelles les tétanisaient.

Nos angoisses que nous reportons

Nos enfants ont une sorte de sixième sens qui leur permet de ressentir ce que nous ressentons. Si nous sommes angoissé(e)s, ils sont angoissés. Si nous sommes confiants, ils sont confiants. Bon, je sais, c’est facile à dire. Si nous adultes ne sommes pas confiants et avons peur de la nouveauté ou de l’inconnu c’est qu’il y a bien une raison qui provient très certainement de notre tempérament, de notre enfance ou de notre éducation, d’un événement de notre vie qui nous a fait ressentir un doute, une frayeur ou je ne sais quoi d’autre.

Ce que m’avait un jour expliqué la psy de la crèche c’est que l’enfant a besoin de nous sentir solide, confiant et que nous représentions l’autorité. Tout ces qualificatifs que nous portons en nous les rassurent. Elle a même utilisé le terme de « nous devons être un contenant solide ».

Depuis mon enfance, je n’ai pas toujours été très à l’aise dans mes pompes : plutôt timide et peu loquace. J’avais même tendance à aborder les gens en leur disant : « excusez-moi de vous demander pardon ». C’est vous dire.

J’ai développé cette confiance avec le temps grâce à ma vie professionnelle en tant que manager, commerciale, commerçante. C’est aussi grâce aux personnes que j’ai croisé, fréquenté dans mon existence et dont je me suis beaucoup inspirée. Il faut dire que je suis très attirée par ces personnes.

C’est un long travail que j’ai fait sur moi. Comme quoi, on peut changer si on le souhaite. Il faut surtout être patient et changer, avancer petit à petit.

Et cette confiance, je la transmets à ma fille qui, comme je vous l’ai dit plus haut, est à l’aise pratiquement partout.

C’est également quelque chose que je construis petit à petit avec elle.

Tout d’abord, j’ai longtemps porté ma fille en écharpe (jusqu’à ses 10 mois) parce qu’on m’avait dit que cela faisait des enfants plus confiants en eux, je dédramatise tout (même la chute rouler bouler), j’anticipe avec elle toutes les nouveautés, les événements en lui parlant, en lui expliquant, je l’encourage souvent.

Alors pour la nouveauté, j’ai décidé un jour de partir du principe qu’il ne pouvait rien m’arriver de terrible et qu’elle pouvait même être plutôt stimulante, attrayante et moins ennuyeuse.

Pour aborder la nouveauté avec confiance, accueillons-la sans à priori !

Allez-y, c’est sans danger !

Et vous, vous l’abordez comment la nouveauté ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

%d blogueurs aiment cette page :